"Parmi les désirs naturels, les uns sont nécessaires pour le bonheur, les autres pour la tranquilité du corps, les autres pour la vie même." [Epicure]

dimanche 5 juillet 2015

Journée au Lac, première fois naturiste

Crédits photo: Bergfex.com

Il n'y a pas si longtemps, profitant des jours de canicule annoncés, ma femme et moi nous sommes rendus à un lac FKK en Rhénanie-Westphalie. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l'acronyme allemand 'FKK', cela signifie 'Freikörperkultur', littéralement 'culture du corps libre', que l'on traduit habituellement par 'Naturisme' en français. J'ai lu quelque part que le 'naturisme', à l'opposé du 'nudisme', était supposé traduire une philosophie particulière de libération du corps, de retour au naturel, en réaction à l'industrialisation et au matérialisme du monde ambiant. Vous vous souvenez de notre aversion pour les catégories....? Et notre indifférence à l'aspect idéologique que certains associent à telle ou telle pratique..? Il en est de même ici, cela nous passe complètement par-dessus la tête. Nous ne sommes pas en rébellion contre quoique ce soit, nous aimons juste profiter de ce que la nature a à nous offrir.
À vrai dire, la motivation initiale venait surtout du fait que sachant qu'il ferait 35 C° ce jour-là, on ne se voyait pas faire autre chose que de rester au bord d'un lac et aller s'y baigner. Et comme il ferait très chaud, on s'est dit: pourquoi ne pas y aller entièrement nus? Ma femme avait déjà pratiqué le FKK auparavant, pour moi c'était une première. L'idée me plaisait et j'ai accepté directement.

Nous prenons donc la route pour l'Allemagne sans l'adresse exacte du club. (le site ne mentionnait qu'un lieu-dit, ce qui ajoute au mystère) Arrivés dans les environs, il nous a fallu un peu chercher et finalement, au détour d'une route, nous apercevons le panneau indiquant juste le nom de l'endroit. Nous longeons un parking et un vigile barrant la route principale menant au club, voyant la plaque étrangère de ma voiture, nous avertit que la baignade est nudiste. Nous répondons en souriant que nous savons et il nous indique le parking, déjà rempli de toute part. Une fois la voiture garée et voyant le parking bondé, ma femme s'inquiète que toutes les places à l'ombre vont être prises et que peut-être la logistique sera pénible ("Où et quand devrons-nous nous déshabiller?", "Seront-ils tolérants envers les petits nouveaux?", Etc.) Finalement, arrivés à l'entrée, nous constatons avec plaisir que l'endroit est géré par des bénévoles du coin. Pas de snobisme, juste une ambiance familiale et apaisante. Deux femmes d'âge moyen (nues, bien entendu) tiennent la caisse. Nous payons notre droit d'entrée (5 EUR) et comprenons tout de suite que nous pouvons rester habillés jusqu'à avoir trouvé un emplacement où se poser. Malgré le nombre de voitures aperçu au parking, l'endroit ne donne pas l'impression d'être bondé. Je constate également qu'il y a de tous les âges, de tous les physiques et - au vu des voitures aperçues au parking - de toutes les classes sociales, ce qui est d'emblée très plaisant.


Nous repérons un endroit agréable à l'ombre et décidons de nous y installer. Je déploie la couverture, ma femme déploie sa serviette de bain et retire ses robe et culotte immédiatement. Je fais de même et me retrouve comme le bon Dieu m'a créé. Nous sommes tous les deux nus sur nos serviettes, non loin d'autres gens tout aussi nus qui ont l'air de s'en foutre complètement. Ces deux premières minutes seront les plus embarassantes car il faut le temps de s'habituer, de ne plus y penser. Même chose lorsque nous nous levons pour notre premier tour de l'endroit... Mais cela passe vite. D'une part, je ne suis pas complexé par mon physique et ma femme non plus. D'autre part, étant plus jeunes et mieux bâtis que la plupart des gens que nous croisons et qui n'ont pas l'air de se sentir complexés, pour ma part j'y trouve vite fierté et plaisir d'être regardé. De même, il est très plaisant de constater que la plupart des hommes que nous croisons ne peuvent s'empêcher de laisser traîner leur regard sur ma femme. Il en est de même pour moi avec quelques filles et femmes d'âge moyen, mère de famille ou non, que nous croisons. (Les règles du club sont assez strictes et les regards insistants sont prohibés, donc la plupart des gens que nous croisons le feront toujours avec élégance et discrétion)
Je ne sais dire si voir tous ces corps nus crée en moi une quelconque excitation sexuelle, mais cela crée définitivement quelque chose. Une énergie particulière ainsi qu'un sentiment de liberté et d'hamonie flottent dans l'air. De même, le simple fait de sentir le soleil, la brise chaude et l'eau du lac sur l'entièreté de mon corps sans l'entrave du moindre vêtement a quelque chose d'unique, de purificateur et de très revigorant. C'est une impression de retour aux sources, à l'état primordial et à une liberté originelle. Je ne veux pas faire ici de philosophie, car il ne s'agit pas pour nous d'une rébellion contre la méchante-société-coincée-qui-nous-force-à-être-habillés et, de même, si nous apprécions la nudité dans ce contexte, nous ne nous verrions pas aller au bureau à poil. Mais cependant, nous apprécions de savoir que, le temps d'une journée, d'un weekend, il y a des endroits comme celui-ci où nous pouvons nous balader nus entourés de gens tout aussi nus dans une ambiance décontractée et dans un cadre naturel revigorant.
Durant cette journée, nous avons alterné baignade dans le lac et lecture à l'ombre des arbres, ainsi qu'une petite balade pour faire le tour de l'endroit. Dans l'eau, nous avons bien entendu tenté (malgré le règlement l'interdisant) de faire un peu plus que nous baigner: dans une zone où nous avions tout juste pied pour avoir nos têtes dépassant hors de l'eau, ma femme a enlacé ses cuisses autour de mon bassin et entamé de léger mouvement de va et vient, frottant son sexe contre ma queue. L'effet ne tarda pas à se faire sentir et, alors que j'étais bien dur, nous avons tenté la pénétration. Hélas, l'eau du lac, sur laquelle je reviendrai, fit figure de force de frottement, ce qui nous arrêta, en plus du fait que des gens et des enfants passaient à proximité. Cela ne m'a pas empêché de repérer l'un ou l'autre couple, parfois très jeunes (ados), parfois moins, qui, au vu de leur position et de l'expression de leurs visages, étaient également en train de braver l'interdiction dans l'indifférence, feinte ou non, des gens passant à proximité. (je pense que tant que l'on reste discret et que ça ne ressemble pas à plus qu'une étreinte câline, il n'y a aucun soucis)
Le seul bémol de l'endroit est, comme je l'ai mentionné plus haut, la qualité de l'eau. Si celle-ci n'est pas sale et ne contient pas de bactéries dangereuses, elle comporte cependant une forte teneur en fer et nickel (il s'agit d'une ancienne zone d'excavation de ces métaux) qui donne à l'ensemble du lac une couleur rouille. L'eau n'est donc pas dangereuse si l'on s'y baigne le temps d'une journée, mais son taux d'acidité avoisine néanmoins celui du vinaigre. C'est cet élément qui fait que, soucieux pour notre santé et bien que certains que le danger soit minime (nous sommes en Allemagne, si ce lac était toxique, cela ferait longtemps que la baignade y serait intedite), nous avons décidé que nous n'y retournerons pas. Mais c'est vraiment la seule raison, car tout le reste - l'ambiance, le staff, l'endroit, les gens - était absolument parfait.
Je me suis donc mis en quête d'un endroit en Belgique réunissant toutes ces qualités:
  • Un lac naturel où se baigner car nous ne nous voyons pas aller dans un endroit où il n'y pas de possibilité pour se baigner et cela perd la moitié du charme s'il ne s'agit que d'une piscine.
  • Une zone exclusivement nudiste car nous ne nous sentons pas à l'aise de révéler notre nudité à des gens qui ne le sont pas également. C'est ce sentiment d'égalité, de voir tout le monde sur le même pied et débarassé du moindre atour, qui contribue à cette ambiance si particulière, si déconnectée du reste.
  • Un public de tous les âges et de toutes les sortes (couples, familles, etc.) car tous ces corps décomplexés, masculins, féminins, jeunes et vieux, ainsi révélés créent une vision unique, apaisante et plaisante.
Et bien vous savez quoi? À ma connaissance et après maintes recherches, il semble que cela n'existe pas dans le plat pays.
À part quelques clubs fermés desquels il faut être membre et qui ont tout au plus une piscine, la Belgique n'offre rien en la matière. Il y a bien la plage de Bredene à la Mer du Nord, mais, de ce que j'ai lu, celle-ci n'est pas totalement fermée aux non-nudistes (nombreux porblèmes de voyeurisme rapportés apparemment) et, ce qui n'arrange rien, est également très populaire auprès des couples gays qui veulent s'encanailler dans les dunes...
J'ai donc trouvé un autre lac en Rhénanie-Westphalie, un peu plus loin que le premier, mais qui semble offrir exactement la même chose que celui auquel nous sommes allés, la qualité de l'eau en plus. Je me réjouis d'ores et déjà.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire