"Parmi les désirs naturels, les uns sont nécessaires pour le bonheur, les autres pour la tranquilité du corps, les autres pour la vie même." [Epicure]

mardi 14 juillet 2015

Corps & Esprit, Amour & Sexe


La réaction du commun des mortels lorsqu’on évoque l’idée de sexe en dehors du couple est le plus souvent un sursaut indigné et les associations les plus négatives : adultère, tromperie et trahison ! Ou encore, le trop souvent entendu « Laisser ma femme/mon homme coucher avec quelqu’un d’autre, moi je ne pourrais pas ! » (souvent agrémenté par quelques justifications du genre « J’ai des principes », « Je me respecte », etc.) Soit. Je respecte entièrement ce choix qui est le leur. L’exclusivité de corps et d’esprit n’a rien de mal en soi. Seulement, force est de constater que dans beaucoup de cas, les gens qui refusent l’idée du sexe en dehors du couple avec la plus grande véhémence sont les premiers à aller voir ailleurs et faire ça dans le dos de celle ou celui qu’ils prétendent « aimer plus que tout ». Drôle de façon d’aimer que de mentir et trahir…

Mais voilà, pour certain(e)s, il s’agit d’un choix de facilité. S’autoriser rapidement et secrètement ce qu’on refuserait catégoriquement à l’autre, sous prétexte qu’on connaît la limite, qu’on sait qu’aller tirer son petit coup vite fait sur le temps de midi ou en after-work n’engage à rien, qu’on est toujours amoureux de son/sa partenaire ; en d’autres mots fidèle en esprit… Et ce, même si voir son/sa partenaire faire de même serait totalement inacceptable pour nos amis trompeurs.

Au rayon des justifications pour ces écarts, on trouvera les habituels « Ce qui ne se sait pas n’existe pas » ou « Un arbre qui tombe dans la forêt est-il vraiment tombé si personne n’était là pour l’entendre ? » Sauf que la plupart du temps, il arrive un jour où l’arbre fait soudainement un sacré bruit et tout le monde remarque sa chute. S’en suivent les statistiques qu’on a sur les mariages aujourd’hui : la moitié finisse en divorces.

Alors où est le problème ? 


Il y a d’abord la norme sociale et l’idée du mariage en tant que tel : deux personnes unies pour la vie dans l’exclusivité sur tous les plans, y compris – et surtout ! – le sexe. Ceux et celles qui dérogent à ces normes sont vite regardés comme des déviants, voire pire, une espèce inférieure. L’homme qui laisse sa femme coucher avec d’autres n’est-il pas un faible, dépourvu du moindre honneur ? La femme qui laisse son homme aller voir ailleurs n’est-elle pas une triste réminiscence de la bobonne cloîtrée au foyer, avec pour seules occupations la cuisine, le ménage et les enfants ? Ceux et celles qui veulent se plier à cette norme doivent donc faire bonne figure face à la société et, le plus souvent, face à leur partenaire. Ce, malgré les pulsions qui les tiraillent secrètement…

Ensuite, il y a la norme du couple, soit les règles que les deux partenaires ont édicté l’un envers l’autre. C’est là où on est le plus souvent surpris : de voir combien la norme sociale (imposée à tous par le corps social, sans distinction) et la norme du couple (décidée par les partenaires seuls) sont identiques dans bien des cas ! Et c’est là le plus triste, car la norme du couple est justement le terrain où le couple peut décider de ce qui s’applique à lui ou non. S’ils le veulent, les partenaires peuvent déroger complètement à la norme sociale puisqu’ils sont seuls maître à bord : c’est leur mariage, leur vie, leurs envies ! Personne n’a plus le droit (c’était le cas par le passé) de leur dire « C’est bien, c’est mal. C’est moral, c’est immoral. » Ils font ce qu’ils veulent ! Or, qu’a fait la majorité des couples de cette merveilleuse capacité à décider pour eux-mêmes ? Pas grand-chose, il semble. Tout le contraire d’un effort de créativité, même. La pression de la norme sociale semble telle qu’ils ne peuvent envisager autre chose. « De peur que ça se sache. » le plus souvent… 

Alors, pour satisfaire ses pulsions, plutôt que de faire le choix de mentir ensemble au corps social, on fait le choix de mentir seul à son/sa partenaire et… Au corps social par là même. On trompe et on se dit que ça ne se saura pas. Sauf que… Les chiffres nous montrent le contraire. Pourquoi persévérer dans cette voie alors ? Je n’ai pas d’autres explications qu’un probable faux sentiment de facilité. Faux, car il leur semble facile de mentir sur le coup et de cacher la vérité. Moins sûr que cela semble toujours aussi facile pour eux lorsqu'ils devront signer les papiers du divorce et expliquer ça aux gosses… Mais ça, ça n’arrive qu’aux autres, hein.



Dissocier l’Amour du Sexe, est-ce vraiment si difficile ? Autoriser son homme ou sa femme à coucher avec d’autres signifie-t-il la fin du couple ? Je vais tenter de répondre à ces questions sur base de notre propre expérience.

Notre démarche requiert de faire la part des choses : il y a nous, notre couple, notre mariage. Unis pour la vie. Avec tous les projets qui vont avec et dans lesquels on ne se voit pas l’un sans l’autre. Nous aimons la compagnie de l’autre, nous aimons sa présence, nous aimons son soutien, ses attentions, ses approbations, ses validations. L’autre est le pilier auquel nous nous retenons lorsque nous chutons. L’autre est cette étoile intérieure qui brille en nous lorsque toutes les autres lumières se sont éteintes. L’autre est ce havre de paix, d’amour et de tranquillité auprès duquel nous aimons nous réfugier. L’autre est celui/celle avec qui nous partageons tout. L’autre est celui qui nous énergise et nous fait briller.

Et puis il y a le sexe. Il fait partie intégrante du couple mais ne se limite pas à lui. J’ai avec ma femme le meilleur sexe que je n’aie jamais eu. Nous avons des moments très forts. L’Amour, combiné au sexe, donne une extase qu’aucune drogue ou spiritueux n’est encore parvenu à égaler. Pourquoi dès lors coucher avec d’autres ? Car, pour ma part, j’aime la variation. Les contrastes. Découvrir d’autres corps me permet, d’une étrange manière, de ne pas m’habituer à celui de ma femme. Cela me rappelle pourquoi je la trouve si belle et si désirable, en comparaison aux autres. De même, à chaque fois que nous avons couchés ensembles juste après que l’un de nous ait passé la soirée en compagnie de quelqu’un d’autre, nous avons eu des moments sexuels très intenses, avec une connexion des plus profondes.

Ma femme, elle, aime à se sentir désirée. Elle aime tout donner au lit et voir les visages béats et souriants de ses amants la remercier pour des sensations qu’ils n’avaient jusqu’alors jamais connu. Ce sentiment de validation venant de l’extérieur la renforce et la confirme dans sa beauté et sa sensualité. Étant amoureux et ayant fait le choix d’être son partenaire de vie, il se pourrait que je manque d’objectivité dans ces questions. D’où que l’avis d’un tiers soit toujours souhaitable.

Est-ce pour autant que notre couple évite les disputes et la jalousie ? Non, bien sûr que non. Comme tout couple, nous avons des disputes, des moments de doutes et de jalousie. Ce sont là des fléaux qu’on n’éradique pas. Mais lorsqu’une crise éclate, nous sommes en général plutôt rapides pour la résoudre. « Ne partons pas fâchés » chantait Raphaël. Il semble qu’on ait plutôt bien réussis à reprendre cette philosophie à notre compte, car nous ne restons jamais en froid très longtemps.



Le secret ?

Notre couple, c’est notre projet de vie. Nous n’avons qu’une seule règle : « Aime ton prochain comme toi-même » et tout ce qui en découle, comme ne fait pas à l’autre ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse. Et puis parler. Vraiment parler. Sincèrement et entièrement. Sans rien dissimuler.

Ensuite, le sexe. C'est un plaisir – indispensable, certes – parmi d’autres, partie intégrante du couple mais non-limité à lui. Voilà tout.

Pour résumer: l'Amour est exclusif. Le Sexe ne l'est pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire