"Parmi les désirs naturels, les uns sont nécessaires pour le bonheur, les autres pour la tranquilité du corps, les autres pour la vie même." [Epicure]

dimanche 31 janvier 2016

Sport & Sexualité


Il m'est arrivé récemment, alors que je faisais l'amour à ma femme dans une position physiquement plus demandeuse que les traditionnels missionnaire et levrette, de perdre mon souffle; chose qui ne m'était plus arrivé depuis bien longtemps. Et puis je me suis souvenu: malgré des entraînements physiques ça et là (pompes, abdos, tractions, etc.), cela fait quelques mois que je n'avais plus travaillé le cardio autrement qu'en enfourchant de temps à autre le vélo pour me rendre au bureau.

Grave erreur, car dans ma conception des choses, une sexualité épanouie a pour prérequis une saine hygiène de vie, ce qui comprend de l'exercice régulier, à la fois pour la musculature et l'endurance. Or, dernièrement, je n'avais entretenu que la musculature.


Dès lors, je suis retourné courir durant cet après-midi bruxellois de fin janvier, glacé et pluvieux. J'avais oublié à quel point la douleur de l'effort était compensée par la décharge d'endorphine libérée durant la course. Combien c'était plaisant de juste repousser ses limites un peu plus loin en faisant durer la torture le plaisir un peu plus longtemps à chaque fois. Exemple: "Je vais courir jusqu'à la bibliothèque communale et là j'arrête." Mais une fois arrivé là, je constate que j'ai encore des forces: "Je vais continuer jusqu'au petit parc pas loin de la maison." Et au final je vais jusqu'à la maison et je m'arrête quand vraiment ma cage thoracique est prête à brûler.

Je sais que pour une sexualité accomplie, l'aspect physique ne fait pas tout, loin de là. Mais il m'est toujours apparu comme une sorte de prérequis indispensable pour pouvoir aller plus loin. En effet, il faut pouvoir conserver son souffle et l'endurance de ses mouvements, surtout si on est l'élément actif du rapport, ce qui est souvent le cas pour l'homme. D'où la nécessité d'avoir les muscles et l'endurance nécessaires pour ce faire.



À une époque, étant jeune débutant, je m'étais même intéressé aux méthodes qui devaient mener à des jouissances masculines successives sans éjaculation, afin de faire durer le plaisir. Mais des avertissements relatifs au caractère nocif du procédé m'avaient ensuite découragé d'aller plus loin. Mes partenaires étant heureuses sans ça, je ne voyais plus l'intérêt de prendre ce risque pour peut-être un résultat qui ne serait pas beaucoup plus transcendant.

Mais, dernièrement, le nom d'un auteur spécialisé en matière d'optimisation des performances sexuels m'est parvenu de deux sources différentes: le thaïlandais Mantak Chia et son ouvrage "L'énergie sexuelle masculine". A priori, il s'agit du même genre de techniques que celles que je décrivais à l'instant. Comme l'un de mes amis s'est porté acquéreur de l'ouvrage, je lui demanderai directement ce qu'il en est.

Mais j'adresse également cette question à mes lecteurs et lectrices: déjà essayé l'orgasme multiple sans éjaculation? Verdict?

Affaire à suivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire